VOUS ETES-VOUS DEJA DEMANDE : « POURQUOI SUIS-JE INCAPABLE DE JETER ? »  

RANGER N’EST PAS UNE FIN EN SOI, mais c’est le moyen d’atteindre notre mode de vie idéal. Voici quelques pistes qui vont vous aider à mieux comprendre ce qui vous empêche d’avancer.

  • Mon intérieur est une source dinsatisfaction

Rentrer chez soi et ne pas se sentir à sa place. Et n’avoir qu’une envie : en sortir ! Ces papiers accumulés sur la table de la salle à manger, des médicaments qui s’amoncellent sur le plan de travail de la cuisine, le sèche-linge qui déborde de tous ces vêtements à repasser, le lave-vaisselle à vider, la salle de bain remplie d’échantillons de crèmes anti-rides périmés ! Pas le temps, pas motivé, débordé, mieux à faire que de ranger… Si on allait plutôt boire un verre ? Et ce week-end ? Si on rangeait ? Ah non, pas possible… Cours de yoga à 9h, apéro entre amis, expo de peinture incontournable et super festival de musique. Suis débordé. Et si tout cela n’était qu’une excuse, une fuite en avant ? Si tout simplement vous n’aviez juste pas envie d’être chez vous… Pas simple de reconnaître que l’idée d’être confronté à cet intérieur qui ne vous inspire qu’une certaine forme d’insatisfaction c’est « chez vous » ! Rassurez-vous… Aimer sortir, voyager, échanger avec ces amis, s’investir dans un travail qui nous passionne fait partie de ce qui fait que nous aimons la vie et que nous nous sentons épanouis ! Ce qui est regrettable, c’est de ne pas pouvoir s’épanouir aussi au sein de cet intérieur qui tous les mois vous coûtent un loyer, des factures. Pourquoi ne pourrait-on pas avoir une vie trépidante et épanouissante ET un intérieur dans lequel nous nous sentons bien ? Et s’il suffisait de sacrifier un week-end sur une année pour pouvoir enfin profiter de cet intérieur ? Ne seriez-vous pas prêt à mettre entre parenthèse, juste quelques heures, cette vie trépidante pour entreprendre un vrai travail de rangement durable, qui vous permettrait enfin d’être bien chez vous ? Faire appel aux services d’Instenjoy, c’est affirmer sa volonté de dire « stop » à cette fuite de la réalité et se libérer l’esprit une bonne fois pour toute ! Quelle joie de retrouver un intérieur rangé et maîtriser ses objets qui ont fini par prendre le pouvoir et vous empêcher d’être serein. Inviter des amis à l’improviste sans se dire « Non, mais tout ce bazar qui traîne chez moi ! Je ne peux pas leur dire de passer prendre un verre. Qu’est-ce qu’ils vont penser de moi ? Ma maison n’est pas le reflet de ce que je suis…Et pourtant, c’est bien là que je vis ».

  • Je suis attaché aux souvenirs et aux choses du passé…

Ah ! ce magnifique perfecto clouté taille 36 avec lequel vous avez écumé les soirées lorsque vous aviez 18 ans et qui vous rappelle tant souvenirs et d’amours de jeunesse ! Et cette encyclopédie en 24 volumes dans laquelle vous avez appris tant de choses sur les technologies du futur : (…) en 2010, nous aurons des ordinateurs qui ne pèseront pas plus de 5kg et que nous pourrons emmener partout avec nous !!! Notre attachement aux choses du passé est normal. Garder des photos, des livres, un tee-shirt usé ayant appartenu à quelqu’un qui nous est cher et qui est parti est tout à fait normal. Il n’est pas question de faire table rase de tout ce qui a appartenu à votre passé ! Cependant, lorsque le volume d’objets du passé conservé est disproportionné à l’espace dont vous disposez, on peut se demander si cet attachement au passé ne cache pas une certaine peur de la réalité qui souvent empêche de faire des projets et d’avancer. Pourquoi se dire que c’était mieux « avant » ? A l’époque, ma famille était heureuse… Mes parents étaient en forme et on mangeait tous ensemble le dimanche autour d’une jolie table avec cette vaisselle aux motifs floraux. Comment pourrais-je m’en séparer ? Cependant, pensez-vous vraiment que le fait de garder ce service de table fera que ces beaux jours reviendront ? Le passé est le passé. Nos souvenirs sont dans notre cœur et font notre force d’aujourd’hui. La vie est belle et bien là et le meilleur reste à venir… Se séparer n’est pas oublier ! Loin de là la philosophie de penser d’Instenjoy…Soyez rassuré, se séparer d’objets qui ont fait partie de votre vie et que vous avez décidé de donner s’intègre dans un processus de donation. Faire revivre les objets oubliés et qui ne vous sont plus utiles au travers d’autres personnes va peut-être vous procurer une satisfaction que vous n’aviez jusque là pas envisagée. Vous allez être étonné de cette sensation nouvelle ! C’est une forme de liberté retrouvée. Sans pour autant oublier le vécu affectif en lien avec ces objets, ce tri va vous libérer d’une contrainte matérielle, celle de garder des choses dont on n’a pas besoin. Faire appel à une personne extérieure, comme vous le propose Instenjoy, peut faciliter, voir accélérer ce processus de désencombrement, de tri. La sérénité qu’apporte une maison rangée et désencombrée vaut bien qu’on y consacre du temps, de l’énergie car c’est la clef d’un mental apaisé.

  • La peur de manquer

Pourquoi gardez-vous tous ces médicaments périmés alors que vous êtes en parfaite santé ? Et quand bien même… Si vous tombiez vraiment malade, votre premier reflexe ne serait-il pas d’aller consulter un médecin qui vous prescrira tout ce qui sera adapté à vos symptômes. Pourquoi acheter 4 paquets d’un kilo de macaronis ? Parce que le quatrième est offert ! Et puis les pâtes, ça peut toujours servir… C’est comme le papier toilette, les rouleaux de film étirable, les paquets de mouchoirs, les stocker peut paraître rassurant. Alors, rassurez-vous, ensemble nous allons progressivement vous aider à ne plus accumuler ces denrées qui encombrent vos armoires et envisager une autre manière de développer la conscience d’abondance. Apprendre à regarder ce que nous avons déjà, simplement les gens, la nature, les plantes, les belles personnes qui nous entourent et progressivement cette peur de manquer d’objets va vous apparaître comme illusoire. Apprendre à profiter de l’instant aide à ne plus céder à la tentation de se ruer sur les ventes proposées par internet qui utilisent un temps limité pour nous pousser à consommer toujours plus.

  • La culpabilité

Ne pas utiliser des objets que nous avons choisi pourtant d’acheter et qui ont coûté de l’argent engendre une certaine forme de mauvaise conscience et dans ce cas on se dit souvent que l’on finira par en avoir besoin. On s’oblige alors à garder ces choses qui nous renvoient pourtant le sentiment que nous avons été stupide de les acheter. Tous ces reproches que vous vous faites vous font gaspiller beaucoup d’énergie et vous empêchent d’avancer. Se débarrasser une bonne fois pour toute de ces vieilleries va vous redonner une énergie incroyable car vous allez enfin vous sentir débarrassé de cette culpabilité qui vous renvoie une mauvaise image de vous !   « Les objets n’ont une valeur que si on les utilise ». Dans un intérieur, juste 20% des objets qui nous entourent ont une réelle utilité. Bien que l’utilité d’un objet soit une notion subjective, il est nécessaire de s’interroger sur ce constat lorsque l’on envisage de désencombrer son intérieur. Se faire sa propre définition du mot « utile » est sans doute l’étape incontournable qui va vous permettre d’avancer. Qu’est-ce qui m’est vraiment utile ? Si vous parvenez ce stade de la réflexion, il est évident que vous êtes bien entré dans une démarche active de rangement. Même si vous n’en êtes pas encore conscient…