UNE LUBIE ?

Envisager le rangement comme une véritable “matière” à enseigner grâce à un ensemble d’outils didactiques peut apparaître pour certains comme une “lubie”, une volonté de surfer sur une tendance actuelle, un phénomène de mode…

UNE METHODE PEDAGOGIQUE 

Cependant, si l’on se réfère aux Instructions Officielles publiées dans le Bulletin Officiel spécial n°2 du 26 mars 2015 (Ministère de l’Education Nationale, de l’enseignement supérieur et de la recherche), il apparaît clairement que “ranger” fait partie des compétences à acquérir dès l’école maternelle (voir chapitre 3 : une école où les enfants vont apprendre ensemble et vivre ensemble) et dont “l’ appropriation passe par la répétition d’activités rituelles”.

Par ailleurs, les travaux de Maria Montessori  nous conforte dans cette volonté d’enseigner le rangement.

Dans son ouvrage « L’enfant », Maria Montessori pose clairement le principe selon lequel l’enfant est la partie la plus importante de l’adulte et qu’il nous faut construire un « environnement confortable et facile » pour lui. Les enfants ont besoin d’un ordre extérieur pour se développer et ne peuvent vivre dans le désordre source de pleurs et d’agitation permanente chez les enfants d’un an et demi à deux ans.

Nous appuyant sur les travaux de cette célèbre psychologue de l’enfant, nous avons créé une méthode qui s’attache à apprendre aux plus jeunes à ranger afin de répondre au besoin d’ordre chez les tout-petits. Nous allons les aider à prendre conscience de la joie liée à la satisfaction profonde qu’il ressent en évoluant dans un univers rangé où chaque chose à sa place.

« Quand un objet n’est pas à sa place, ce sont les enfants de deux ans qui s’en aperçoivent et qui l’y remettent ». Nous avons souvent constaté que les enfants de cet âge se rendent compte de suite de petits détails concernant le désordre contrairement aux plus grands. Ce constat est souvent fait par les enseignants de petite section de maternelle qui ont à cœur d’organiser des classes structurantes où l’enfant aura simplement à remettre à sa place un objet dont il connaît l’endroit exact où le ranger. Il faut le guider de façon précise car l’ordre est, comme l’écrit Maria Montessori, un « plan de soutien », l’équivalent de « l’eau pour que les poissons puissent nager ».

« Tout cela prouve que la nature a mis chez l’enfant cette sensibilité à l’ordre pour qu’il se construise un sens intérieur qui n’est pas destiné à établir la distinction entre les choses, mais les relations entre elles. Et c’est pour cela qu’il les relie à l’environnement, formant un ensemble où toutes les parties dépendent les unes des autres ».

DES RITUELS POUR TOUS LES AGES

Si les méthodes simples de rangement sont acquises dès le plus jeune âge et leur intérêt clairement expliqué et approuvé, elles feront parties des habitudes qui deviendront des rituels avec le temps. Faire son lit, plier le linge et le ranger à sa place, nettoyer la salle de bain après son passage sont des routines qui font de notre quotidien d’adulte un moment de plaisir et non de contrainte car elles s’inscrivent dans une éducation positive et bienveillante.

Apprendre à ranger peut commencer à tout âge. L’important est de disposer des bonnes méthodes, celles qui nous font gagner du temps et nous simplifient la vie. Comme pour n’importe quel autre enseignement, la pédagogie du rangement mérite une réflexion approfondie.